Japon – Philippines en voilier

22 Decembre 2019, 2h du matin :

Le capitaine se leve et n’annonce :
« -Allez on y va ! »
Le seul hic c’est que j’ai dormi au 2 heures et em remtrant hier soir j’ai cassé lq fermeture eclair de la capote du cockpit… C’est pour ça que qvec le stress de la reaction du capitaine j’ai eu du mal a m’endormir.
Quand je lui explique ma boulette, il me repond , non c’est normal, c’est ,oi qui est enlevé une dent du zip.
Ouuuuf !!!

On sort du port avec le moteur content de prendre la mer et laisser le stress des préparatif derriére nous.

Je dors 2 h

Une fois en pleine mer on sort les voiles, on avance « au près » c’est a dire en remontant le vent qui arrive face a nous (les vagues avec) le bateau « gite » c’est a dire que la pression du vent sur les voile incline tout le bateau sur un angle, la je dirait 30 degrés.
Je sens que mon corp est en cours d’adaptation a la mer, je me ballade sur le pont, fixe l’horizon et garde ,on ventre bien rempli pour eviter le mal de mer mais le temps passe et je me sens de plus en plus nauséeux.
Pato ,e demande d’allez verifié le hublot ou j’ai deposé mes affaires car on prend un peu l’eau.
Je reste 2 minutes a l’interieur et je sens que les vomi monte, une minute de plus dans la cale et je vais vomir c’est sur, je pince dejà mes levres et gonffle les joues, je cours vite sur le pont, je respire profondément, j’ai des grosses sueurs mais je n’est pas vomi.
Le capitaine me dit que je suis tout blanc.
Je reste plusieur heure couché sur le pont le temps que ça passe.

Je redors 2 h quand le mal de mer est un peu passé, car c’est fatiguant et va falloir que je gére a ,on tour pour laisser le capitaine dormir. Il a fait une petit sieste pendant je regarde, nauséeux la mer

Les ennuies arrivent !
Le vent tombe nous devons  »border » la grand voile c’est a dire la rentrer mais ça coince… heuresement que ce n’est pas pendant une tempéte sinon ça aurait pu étre catastrophique.
Heuresement le mal de mer commence a partir et je peux barrer pour tenter de rester dans le lit du vent pendant qu’il fait des manoeuvres pour rentrer la voile, mais je suis pas doué et c’est un peu galére.

On allume le moteur mais il y a une fuite de gasoil;
Le capitaine commence a raler dans les 7 langues qu’il parle.

Dans la nuit je dors 2 h puis je monte la garde pendant que le capitaine dors, je voit mon premier leve de soleil en pleine mer, je suis HS j’ai dormi 6 les derniére 50 heures.

IMG_20191223_070349

Ensuite j’ai perdu le fil du temps, les galéres s’acculme, nous dormons peu et mal surtout le capitaine qui a toute la charge mentale, moi je fait ce que je peux avec mes 0 competances mais je m’adapte bien et le capitaine est content de moi, quand il n’est pas en train de se rendre fou des différents problémes qui surviennent on rigole beaucoup et il me raconte toutes ses aventures plus folles et intense les une des autres. Ma petite ballade a vélo c’est du pipi de chat a cotés de 30 annés de navigations.

J’attrape mon premier poisson avec la ligne qui traine derrriére nous, une belle dorade de 50 cm que je vide et decoupe difficilement sur le pont alors que tout bouge; le soir je cuisine les 2 gros fillets pour notre régale.

Nous avons un gros soucis, le gasoil est complétement sale, le moteur s’éttouffe et auand il n’y a pas de vent il faut l’utiliser un peu et surtout il faut étre sur qu’il soit toujours en état de marche en cas de problémes ou proche des port et côtes.
Pato galére a netoyer les filtres, le reservoir, les vannes, tout ça l’extenue avec divers autre pannes qui arrive pour s’ajouter au reste.

Assez vite nous n’avons plus de cigarettes, c’est fait un peu expret mais on aimerai en avoir vu les evénements et les complications, alors quand on en trouve une entre 2 matelas c’est la fetes !

IMG_20191227_155339

24 decembre 2019 :

Nous savons qu’il y a une grosse depression au phillipines, nous ne devons pas arriver trop tot de risque de se retrouver dedant et nous recevont la houle de labas, nous sommes tellement fatigués et le vent nous donne tellement de mal que Pato decide mettre un tout petit morceau de voile et de se laisser derrivé pendant que nous allons dormir 6 h nous verrons demain.

IMG_20191229_045021

25 decembre 2019 :

On péche un gros thon d’environ 10 kg, je doit le tenir mais il est super nerveux et me secou tout le corp. Je dit a Pato de l’achever que je vais pas le tenir longtemps que la queue s’arrache, il est mort de rire, finalement il arrete de bouger et Pato le découpe, 5 kg de viande, je deguste desuite sur le pont le poisson cru, succulent.

Nous passons quelques coups de teléphone pour Noel a nos famille avec le teléphonne satelite, ça sera mes derniéres nouvelles pour ma famille pour un petit moment.

28 decembre 2019 :

Nous voyons enfin la terre !!!
Nous nous mettons au mouillage (on pose l’ancre et repos) Des locaux viennent nous rendre visite, nous apporte des noix de coco et des bananes, on en profite pour leur demander d’acheter cigarette et alcool pour les fetes, nous n’avons pas le droit de posé le pied a terre car nous ne sommes pas encore passé par les administrations.

IMG_20191229_125357

Nous passons 2 jours ici, on se sens super bien, on decompresse, finalement le capitaine ne regrette pas le voyage malgrés tout les moment difficiles tout est effacé par la beauté de l’endroit et des gens qui y vivent.
Je fait du tuba dans les coraux.

30 Decembre 2019 :

Nous repartons pour changer de décors, nous devons attendre que les administrations ouvre pour faire notre entrée dans les régles.
Les problemes recommence, l’endroit choisi sur la carte pour le mouillage n’est pas comme prevu et evidamment les vents et la pluie se leve, le capitaine passe 2 nuit horrible, en stress que le bateau decroche et que l’on aile percuter les coraux.
Plus le temps passe plus il est sur les nerf et l’ambiance commence a étre mauvaise sur le bateau, malgrés tout mes efforts, je fait des petites erreurs (parfois meme rien) et le capitaine péte un plomb sur moi, j’encaisse j’encaisse…
Parfois nous rigolons quand même encore, c’est important de decompresser.

Nous passons le nouvel an sous la pluie et le stress.

IMG_20191223_070412

2 Janvier 2019 :

Premiére tentative d’entrée au port, personne ne repond a la radio, le temps est mauvais et il n’y a pas de digue pour arreter les vague et aucun quai pour ammarer le bateau, on repars…
Le soir par téléphonne, la copine du capitaine qui est a terre nous annonce que les autorités du port ne veulent pas de nous, nous ne pouvons pas faire notre entrée.
Du jamais vu…
Nous n’avons pas le choix demain on force le passage on va pas rester comme ça !

3 Janvier 2019 :

Nous retournons au port determinés.
A nouveau, nous ne pouvons pas nous mettre a quai, nous jeton l’ancre et Pato va aux administration en zodiac.
Il m’appelle 45 minutes plus tard, la situation est bonne, nous allons pouvoir avoir notre entrée et le chef de l’autorité qui hier a dit nous refuser veux absolument me rencontrer car c’est un cycliste et il est interésé par mon histoire.

20 minutes plus tard…
Pato arrive au bateau et c’est a nouveau le drame, nos passport sont confisqués, nous airions faire une demande préalable pour ma sortie du bateau sur le territoire, du jamais vu ! On risque une grosse amende qui grossi chaque jour et un retour au Japon, impossible avec les conditions meteo et dans tout les cas inconcevable pour nous.

5 minutes plus tard…
La reponse de la capitale : C’est bon le cycliste peux debarqué, il est le bienvenu dans le pays, nos passport nous attendent. Merci pour les ascenceur emotionnels qui a force ne me font plus aucun effets, faut dire je prefaire étre rester stoique que devenir comme le capitaine qui est bord du craquage totale et irrémediable.

Pour decharger le vélo et mes affaires derniers effort sportif et intense, on utilise le zodiac et une barque et on fait passé tout le matériel a un philipins sur le bord.
La barque tape contre les roche, je manque de tomber a l’eau avec la remorque et je me cogne la jambe violament mais je suis entier et les affaires a terre.

C’est ainsi, dans la précipitation que nous nous serparons avec Pato, d’aprés lui jamais il ne prendra plus jamais de crew, trop de galéres, mais au fianal je suis sur que avec le recul il en gardera un bon souvenir, il me l’a dit plusieurs fois et qu’il pourrait meme m’emener en tour du monde a la voile. On a quand même bien rigoler.
Moi en tout cas je suis trés reconnaissant de l’expérience qu’il m’a permi de vivre.

Vidéo resumé :

Quelque photo en vrac :

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s